The meaning of a Global Organization

by Andrés Rosberg

version française ci-dessous

Another fantastic meeting of the global ASI family just took place a few days ago in Montréal… what a party the fifth edition of the ASI & APAS Best Sommelier of the Americas Canada 2018 has been!

There were twenty sommeliers from ten countries competing, and it would have been even more, had the visas of the Venezuelan delegation not been denied. There were judges from all over the world: Europe, Asia, Africa and the Americas. Some of them were winners of national and international sommelier competitions, some were presidents of newly formed sommelier associations who strive to promote sommellerie in countries where it is just starting to exist. All of them are heroes of our trade!

We all witnessed the growing energy of our profession in the Americas: more and more colleagues are striving to become better sommeliers, and, in the process, are improving the level of sommellerie throughout the Americas and increasing the outreach of our organization.

We have seen a great competition. It is impressive to see the commitment of all candidates to values that are essential to our trade: hard work, excellence, humility, love for wine and gastronomy, service, friendship and fair play.

We had our nerves tested at a fantastic, electric final. We met the brilliant Mr. Pier-Alexis Soulière, Best Sommelier of the Americas 2018. See the interview in this edition of #ASInews.

Besides the champion, there were numerous winners: the other nineteen candidates, as well as those who competed with them in their national competitions. They are all better somms (sommeliers?) today than when they first started studying. Every national sommelier association is making these competitions happen. Customers around the Americas now have access to better, more knowledgeable service. The entire Pan American sommelier community benefits from the growth of our profession.

Last, but not least, I’d like to take this opportunity to thank the following people.  The Technical Committee: Gerard Basset; head of ASI’s Technical Committee, Ricardo Grellet, president of APAS and VP Americas for ASI, and all the members who committed their time and energy.  Canada:  Mark DeWolf, president of the Canadian Association of Professional Sommeliers (CAPS); Jean-Benoît Hinse, head of the hosting association, ACSP-Québec; the many members of their teams; and, Michelle McCarthy, past president of CAPS, member of both the ASI and APAS Boards, who along with the Board, were the original ‘dreamers’ of this Canadian contest.   Finally, our ASI Board.

These humble sommeliers who work selflessly to promote sommellerie, along with many others in all five continents, make these things possible and are the core of our International Sommelier Association. Together we are much more than just the sum of our parts!


Une Association Mondiale à l’oeuvre

par Andrés Rosberg

À nouveau une réunion fantastique de la famille mondiale de l’ASI  à Montréal, il y a seulement quelques jours… Quelle fête pour la cinquième édition du Concours ASI & APAS du Meilleur Sommelier des Amériques 2018 !

Vingt sommeliers de dix pays ont concouru, et ils auraient dû être plus nombreux si les visas des Vénézuéliens n’avaient pas été refusés.

Les jurés étaient venus du monde entier : Europe, Asie, Afrique et Amériques . Certains étaient eux-mêmes des vainqueurs nationaux ou internationaux, d’autres étaient des présidents d’associations nouvellement formées, luttant pour promouvoir la sommellerie dans des pays où elle commence à peine à exister. En fait, ils sont tous des héros de la sommellerie !

Nous avons tous été témoins de cette énergie grandissante de notre métier dans cette partie du monde : de plus en plus de collègues luttent pour devenir de meilleurs sommeliers, et tirent ainsi vers le haut le niveau de la sommellerie dans les Amériques et renforçent les objectifs de notre association.

Nous avons assisté à une très belle compétition.  Il est frappant de constater  à quel point  les candidats s’engagent pour des valeurs qui nous sont essentielles comme le travail acharné, l’excellence, l’humilité, l’amour du vin et de la gastronomie, le service, l’amitié et la loyauté.

Nos nerfs ont été mis à l’épreuve lors d’une finale la fois fantastique et électrique. Nous avons rencontré le brillant Mr. Pier-Alexis Soulière, Meilleur Sommelier des Amériques 2018, interviewé dans cette édition de l’ #ASInews.

À côté de ce champion, nous avons aussi de nombreux vainqueurs : les autres dix-neuf candidats qui sont de meilleurs sommeliers aujourd’hui que lorsqu’ils ont commencé à étudier et les sommeliers qui ont aussi concouru avec eux au niveau national. Pensez également à tous ceux qui dans les associations font en sorte que ces compétitions existent !  Et aux consommateurs qui, à travers les Amériques ont maintenant accès à un meilleur service. En fait, c’est toute la communauté panaméricaine des sommeliers qui bénéficie de la progression de notre profession.

Enfin, et tout aussi important, je voudrais saisir cette opportunité pour remercier les personnes suivantes : Gérard Basset, directeur du Comité technique, et tous les membres qui se sont investis avec énergie et n’ont pas épargné leur temps, , Ricardo Grellet, président de l’APAS et Vice président de l’ASI pour les Amériques. Pour le Canada : Mark DeWolf, président de l’Association Canadienne des Sommeliers Professionnels (ACSP), Jean-Benoît Hinse, à la tête de l’association hôte du Québec, les nombreux membres et leurs équipes, Michelle McCarthy, ex-présidente de l’ACSP, membre du Bureau de l’ASI et de l’APAS,  qui, avec le Bureau ont été ceux qui ont rêvé dès le départ de ce concours au Canada.  Et, bien sûr, notre Bureau de l’ASI.

Ces humbles sommeliers qui travaillent  généreusement pour promouvoir la sommellerie avec tant d’autres sur tous les continents de cette planète pour faire en sorte que les choses arrivent et qui sont le coeur même de notre association internationale.

Ensemble, nous représentons bien plus que que la simple addition de nos individualités.

ASI & APAS contest of the best Sommelier of the Americas – Canada 2018

Version française ci-dessous

ASI & APAS Best Sommelier of the Americas, Canada 2018 contest was organized by the Association de la Sommellerie Internationale (ASI) and the Alianza Panamericana de Sommeliers (APAS) with the logistic support of the Canadian Association of Professional Sommeliers (CAPS/ACSP) from May 22nd to May 24th 2018.

The contest was held in Montréal and 10 countries participated with 20 competitors, two from each country:

  • Argentina:  Mr. Bruno Martin and Ms. Valeria Gamper
  • Brazil: Mr. Diego Arrebola and Mr. Paulo Limarque
  • Canada: Mr. Carl Villeneuve Lepage and Mr. Pier-Alexis Soulière
  • Chile: Mr. Gonzalo Troncoso and Ms. Misato Inaoka
  • Colombia:  Mr. Andres Villegas Green and Mr. Juan David Quintero
  • Dominican Republic: Mr. Dario Rosario Mejía and Mr. Federico Díaz Macias
  • Mexico: Mr. Luis Antonio Morones López and Mr. Steve Ayón Espitia
  • Paraguay: Mr. Simon Zalimben and Mr. Christian Mezger
  • Peru: Mr. Gerardo Joseph Ruiz Acosta and Mr. Diego Vásquez Luque
  • Uruguay: Mr. Federico De Moura and Mr. Pablo Rodriguez

The ASI & APAS Best Sommelier of the Americas, Canada 2018 contest was held in three stages. The selection consisted in a written exam, blind tastings and practical skills tests which determined the best eight sommeliers who then went on to the qualification for the final.

These eight sommeliers were: Mr. Martin Bruno and Ms. Valeria Gamper from Argentina; Mr. Diego Arrebola from Brazil; Mr. Carl Villeneuve Lepage and Mr. Pier-Alexis Soulière from Canada; Mr. Luis Antonio Morones López and Mr. Steve Ayón Espitia from Mexico; Mr. Gerardo Joseph Ruiz Acosta from Peru.

These eight competitors performed at a very high level, completing a series of exercises including blind tasting, food pairing, and service. But only three of them could make it to the final.

The three finalists came from two countries: Argentina and Canada. They were: Mr. Martin Bruno (Tegui, Buenos Aires)  from Argentina, Mr. Pier-Alexis Soulière, MS (Restaurant La Chronique, Montréal) and  Mr. Carl Villeneuve  Lepage (Restaurant Toqué!,  Montréal), both from Canada. The final of the ASI & APAS Best Sommelier of the Americas contest was held on May 24th at the Marie Gérin Lajoie Theatre in Montréal, and was followed by thousands of sommeliers and aficionados around the world via live-streaming.

Organized to showcase strong skills in the traditional sommellerie, it included practical skills, food and wine pairings, identification of spirits and blind tastings. MCs of the final were 2007 World Champion Andreas Larson from Sweden and François Marchal.  Finalists competed in seven disciplines, guided by Andreas Larson and judged by very experienced members of the ASI Board, past world champions, and national presidents divided across the several committees. All tasks per candidate totalled approximately 35 minutes.

After a close and challenging competition, first place was taken by Mr. Pier-Alexis Soulière, MS from Canada. (check his interview further down).

Second and third places were taken by Mr. Martin Bruno from Argentina and Mr. Carl Villeneuve Lepage from Canada respectively.

The ASI & APAS Best Sommelier of the Americas automatically qualifies for the next ASI World’s Best Sommelier contest in Belgium in 2019.

The winner was announced by President of ASI Andres Rosberg.

photos taken by Jean Paul Bernard


Concours ASI & APAS du Meilleur Sommelier des Amériques

Le Concours du Meilleur Sommelier des Amériques a été organisé par l’Association de la Sommellerie Internationale (ASI) et l’Alliance PanAméricaine de Sommeliers (APAS) avec le soutien logistique de l’Association Canadienne  des Sommeliers professionnels (ACSP) du 22 au 24 mai 2018.

C’est donc le Canada qui a accueilli ce concours. Et c’est à Montréal que 10 pays des Amériques y ont participé, avec chacun 2 candidats :  l’Argentine,  le Brésil, le Canada, la Colombie, le Chili, le Mexique, le Paraguay, le Pérou et l’Uruguay.

Le concours s’est déroulé en trois phases : un premier tour –la Sélection- avec le commentaire écrit d‘une dégustation à l’aveugle de deux vins, l’identification de trois spiritueux, un questionnaire,  puis une épreuve pratique de service. Les 8 meilleurs ont alors été retenus pour le tour suivant –la Qualification.  Et là, ils ont été soumis à une série d’épreuves de haut niveau, de la dégustation au service en passant par un test commercial et un accord vins & mets qui ont permis de qualifier les trois finalistes.

En finale, on a retrouvé l’un des candidats argentins et les deux représentants du Canada : M. Martin Bruno, M. Pier-Alexis Soulière MS, et  M. Carl Villeneuve Lepage.

La finale  du concours s’est tenue le 24 mai au Théâtre Marie Gérin Lajoie  devant plusieurs centaines de spectateurs. Le streaming live a également permis à des milliers de sommeliers et d’amateurs de suivre les épreuves à travers le monde. Service d’un cocktail, de champagne, aération et service d’un magnum de vin blanc, prise de commande, dégustation, identification de boissons, correction d’une carte des vins comportant des erreurs, un quizz sur les femmes du vin…

Des épreuves très sélectives ont permis de désigner M. Pier-Alexis Soulière MS, du Canada. (cf son entrevue plus bas), Meilleur Sommelier des Amériques 2018, 2ème, l’Argentin M. Martin Bruno, 3ème, M. Carl Villeneuve Lepage du Canada.

Notons que le Meilleur Sommelier des Amériques est automatiquement qualifié pour représenter son pays au prochain Concours du Meilleur Sommelier du Monde, en 2019 en Belgique. Le Canada participera donc avec deux candidats.

Photos Jean Bernard

Interview with Pier-Alexis Soulière

Version française ci-dessous

ASI & APAS best Sommelier of Americas, Canada 2018

Pier-Alexis has dedicated the past 10 years of his career to providing world class wine service and enhancing guest experience in some of the most demanding environments. The journey started in Montréal, and brought him to excel in 3 different continents; from London to Sydney to New York City and California. He has worked in some of the most prestigious Michelin starred establishments, such as Dinner by Heston Blumenthal**, The Modern**, and Manresa Restaurant***.

In 2014, he won the World Young Sommelier of the Year competition held by Chaine des Rôtisseurs, which had participants from 15 countries. In 2016, he became one of very few to earn the Master Sommelier title before the age of 30, a title held by only 5 individuals in Canada and 249 worldwide. In 2017, Pier-Alexis won Québec’s Best Sommelier competition, held by the Canadian Association of Professional Sommeliers. Today, he is the ASI & APAS Best Sommelier of the Americas!

We asked him few questions about the competition he just won, how he feels, and about the position of the sommelier in Canada and the Americas.

Q1: You are ASI & APAS Best Sommelier of the Americas! How do you feel? 

Pier-Alexis: Excellent!  I’m savouring the moment.  It is an amazing achievement and looking back over the process, it has been a wonderful journey.  I have a lot of love around me and I feel great.  It’s amazing to be recognized by your peers. At the end of the day, that is the most meaningful for me.  I love my guests and colleagues, but to have people in our industry recognize my skills is very humbling and it feels great.

Q2: Tell us what it takes to become the Best Sommelier of the Americas?

Pier-Alexis: It takes a lot of things, but what I really think it takes is love and passion for what you do and also being a great professional.  I think about that very often.  The wine world is an amazing world where there are amazing professionals.  What the competitions show is what a true professional you are.   It is not only a year that I trained for that particular competition, it is everything that I have been doing in the 10 years leading up to it.  Every day that I wake up, go to work and surround myself with pros, that is really what defines you.  That is what I love about those competitions.  People think that you become a super sommelier by studying and learning all sorts of things, and that is part of it, but it is all about being a pro.  Being a pro on a daily basis, which will shine or show and that’s what the competition does for me.  Surround yourself with the right people, be dynamic, be a pro, have passion for what you do, and be able to perform and shine in the ‘clutch’ during the final.  There are great professional sommeliers working in the industry but who are not interested in the pressure of working on-stage in front of an audience and I respect that.   You need to be able to shoot to score when it is time to score.

Q3: This is a great professional opportunity for you. What are your professional plans?

Pier-Alexis: My professional plan is to stick to the plan!  I work for a great restaurant in Montreal, with great people and a great team.  For me, I just continue to do what I do day in & day out, which is work hard, being supported by wonderful people and communicate the love of wine.  There is no magic answer.  I’m not going to change overnight because of the competition.  What I really love to do is what I do and I’m going to continue to do it, to serve the world of wine and the world of sommellerie.

Q4: How is the sommelier profession in Canada and the Americas? Is this title going to help promote the profession even more and how do you plan to do it?

Pier-Alexis: Markets are different.  I’ve worked in California, New York and Montreal.  There are lots of things to be done here because we don’t have the weight of professional history like Europe.  We are freer in a way and sommellerie is changing a lot.  To me it is not only being about being head sommelier in a prestigious 5 star hotel or restaurant.  Now I see sommeliers working in all sorts of contexts, from a fast-paced environment, a bistro to more high-end.  That is beautiful because it means we have a common love for what we do and can express it in different ways.

Back in the day, it was something reserved for only a certain category of restaurants and in Canada & America, I see it being expressed in a lot of different formats and that is amazing for young people to break into the field.  It is like being a boulanger.  Who can afford a boulanger in a restaurant?  Only a few but now you see skilled people who are multi-disciplined and can bake, cook food and do desserts.  A sommelier is no different.  I think the future of sommellerie lies in us being able to show our love and passion in a less formal, elitist approach, and that is good news.  I’m thrilled about the place and time we are in and how diversified our profession is in North America.

Q5: You are the best ambassador of food & beverage of the country you are coming from. Do you have a strategy to promote it world wide? 

Pier-Alexis: I always speak about responsibility and there is a part of responsibility and respect that comes with winning. It is a title that you win and of course you earn it, but it is not all yours and it is not a self-promotion thing.  There is promotion of our profession and winning has given me a voice that will help me to do good and speak about wine in a different way, to be part of the conversation and that is a true honour.   That being said, I think people are looking more and more towards Canada.  There has always been a great tradition of sommellerie here but we are just proving it.  Having 2 finalists from Canada on the podium was a big honour and we’re extremely proud.   We have a strong culture of wine in Canada and it is maturing, which is amazing.  That is great news.


Pier-Alexis Soulière

Meilleur Sommelier des Amériques 2018

Pier-Alexis a consacré ces dix  dernières années au service du vin au niveau international améliorant  sans cesse sa relation avec les clients dans un environnement toujours plus exigeant. Sa quête a démarré à Montréal, et l’a amené à exceller de Londres à Sidney, puis de New York à la Californie. Il a travaillé dans quelques-uns de plus prestigieux restaurants étoilés Michelin comme Dinner by Heston Blumenthal**, The Modern**, et Manresa Restaurant***.

En 2014, il remporte le World Young Sommelier of the Year, un concours organisé par la Chaîne des Rôtisseurs qui réunissait des participants de 15 pays. En 2016, il devient l’un des rares à décrocher le titre de Master Sommelier avant d’avoir 30 ans, un titre décerné à seulement 5 Canadiens, dont 2 dans la province de Québec, et 249 à travers le monde. En 2017, Pier-Alexis devient Meilleur Sommelier du Québec, et aujourd’hui Meilleur Sommelier des Amériques !

Nous lui avons posé quelques questions sur le concours qu’il vient de remporter.

Q1 : Vous êtes le meilleur Sommelier des Amériques ! Que ressentez-vous ?

Pier-Alexis: C’est fabuleux ! Je prends le temps de savourer chaque petit instant et d’être conscient de tout l’amour dont je suis témoin. Les gens qui ont fait partie de mon entrainement et de mon quotidien me touchent beaucoup. C’est un sentiment incroyable de pouvoir être reconnu par ses pairs. C’est quelque chose que j’ai bâti au jour le jour depuis plus de 10 ans. J’ai un respect infini pour la profession de sommelier.

Q2 : Dîtes-nous ce qu’il faut pour devenir le Meilleur  Sommelier ASI & APAS ?

Pier-Alexis : Je crois qu’il faut avoir un amour inconditionnel envers la sommellerie et le client. Un respect intrinsèque du Vin avec un grand V et une bonne dose de professionnalisme. Le monde du vin est renversant, surprenant et infini. Être un sommelier c’est un métier. Et je connais beaucoup de personnes incroyables qui le pratiquent. Ce que le concours traduit c’est le véritable professionnel qui réside en chacun de nous.

Q3 : Voilà une belle opportunité professionnelle pour vous. Quels sont vos projets ?

Pier-Alexis: Garder le cap ! Le restaurant La Chronique est plus qu’un employeur extraordinaire, c’est une famille où je travaille avec des gens d’une grande qualité et ce, depuis plus de 20 ans. Je vais continuer à faire ce que je fais le mieux, me lever tous les matins et communiquer l’amour du vin grâce à l’art de la Sommellerie. Le travail amène le succès.

Q4 : Que dire de la profession de sommelier au Canada et dans les Amériques ? Ce titre va-t-il vous aider à la promouvoir rencore plus et comment allez-vous vous y prendre pour y parvenir ? 

Pier-Alexis: Chaque marché est différent. J’ai travaillé à Montréal, New York et en Californie et j’ai dû m’adapter, écouter, m’immerger pour mieux comprendre ma clientèle. Ici c’est le Nouveau-Monde, on retrouve des sommeliers dans toutes sortes de concepts et toutes sortes de gammes. Le métier est jeune et inventif. J’adore pouvoir manger du poulet frit avec mon Chablis où des pizzas au four à bois avec un Blaufränkisch autrichien. Tout est possible et le grand gagnant c’est le client. Le plus important c’est d’y mettre son cœur. La sommellerie sous plusieurs formes est une excellente nouvelle pour la sommellerie. Une période excitante se dessine devant nous.

Q5 : Vous êtes le meilleur ambassadeur des vins et des mêts de votre pays. Avez-vous une stratégie pour les promouvoir à travers le monde ?

Pier-Alexis: Remporter la première place au Concours du Meilleur Sommelier des Amériques est un honneur mais comporte aussi sa part de responsabilités. En fait, ce n’est pas à propos de moi mais bien à propos de notre profession et dans profession j’insiste sur le mot professionnel. Les choses bougent au Canada et ce, d’est en ouest. Nous avons une tradition en lien avec une très belle sommellerie et je suis enchanté d’en faire partie. De meilleurs vins et une sommellerie plus appuyée dans un pays de paix où la joie de vivre fait partie intégrante de notre ADN.

Best sommelier of Estonia in 2018 is Ketri Leis

Version française ci-dessous

Ketri is just 28 years young and she is No. 1 sommelier in Estonia since 2016. This is her third title of best sommelier of Estonia.

Her primary education was in marketing, but in 2013 she started sommelier school and since then she has been in the sommelier business. Even though she is very young, she is already has 11 years experience in the hospitality industry. She has worked in almost every position in restaurant/wine bars which led to her become the sommelier and manager in Pazzo Wine bar in Tallinn.

We asked her a few questions about the competition she just won, the position of the sommelier in Estonia and particularly how females are regarded in the business in Estonia.

Q1. You won the Estonian contest in 2018, did you expect it and how do you feel about it?

Ketri: With the competitions I feel you can never expect any specific result. You can do all the work before: studying theory, training your practical skills, doing tastings and working as hard as you can. When the day arrives, you feel you know less than you did before, you feel you didn’t manage to read all the necessary materials and you get a bit anxious already in the morning. When you dress yourself up and check if you have all the necessary tools in your pocket, you calm down. Just before the finals the nervousness comes back. If you know you have made it to the finals, you need to do the best you can. For me, competing for the 4th time in the Estonian championships, it was the first final where I was satisfied with my performance. I kept myself together without falling apart during some wrong answers or difficult tasks. I am more than happy to have won the competition and move on to the World Championships, to meet new people and gain new knowledge and experiences.

Q2. How do You think the title of Best Sommelier of Estonia will change your life? 

Ketri: The competing scene in Estonia has undergone a little renewal – our top sommeliers for the past decade have stepped down. More and more young sommeliers have entered the competition which makes it interesting, and it’s great to see everybody’s growth during the past years. I have now been the winner for 3 years in a row; that has definitely changed my professional life. I have more knowledge, I am more confident in my decisions. I have lot of opportunities. Now we are starting a new project with one of the top sommeliers in Estonia, Kristjan Peäske, a wine bar called Pazzo. Based on boutique producers, terroir-driven wines, with tapas-style unpretentious but flavorful sharing plates. For me it is a great opportunity, and for the people it will be a bit “crazy”, surprising. We are all looking forward to the opening day in June:)

Q3. How is the profession of sommeliers in Estonia?  

Ketri: The sommelier scene in Estonia is definitely expanding. We have more and more restaurateurs who are interested in educating their staff and sommeliers. I would say we still have a long way to go, to have professional sommeliers working in every good restaurant.

Q4. You have a great knowledge about food and wine. What do you think you can do to promote your national beverages and gastronomy? 

Ketri: I have been working in restaurant Leib for a long time. It is casual dining based only on local ingredients. Therefore our beverage selection (excluding the wines of course :)) has been quite patriotic at all times. We have a boom of craft breweries, cider farms. We have upcoming distilleries. Even Crafters London Dry Gin of Liviko has won prizes in its category.  Ourselves, we have been making homemade liquors since the beginning.  So the scene is moving forward. For me, working in Tallinn, I always want to offer some local beverages.

In conclusion, we live in a nordic county. We have a great selection of seasonal products such as fruits and berries.  Be sure to taste some fruit wine, berry liqueur or hand-crafted beer when you come to Estonia!

Q5. What is women’s position in the wine/sommelier business in Estonia?

Ketri: To be honest I don’t see too much significance in being a male or female sommelier. It is more dependent on your knowledge and even more on your passion. During the last decade the gender inequalities have fortunately lessened, and we have more and more female in this “masculine” world. I am the first female champion of Estonia, that is a good recognition but definitely not the most significant. I am working and training together with fantastic girls: Els-Maria Uibo, Marika Tikas. In our team we have a lot of new sommeliers studying in the Estonian Sommelier School, who are all girls:  Helen Aasmann (Best Beer Sommelier of Estonia 2017), Eliise-Hanna Hermann, Sirli Lees, Katerina Jõgis, Merylin Tihomirova. Fingers crossed for all the new talents! ☺

Being a trained sommelier has definitely broadened my perspective. Great acquaintances around the world, travelling, communicating and learning. Everything comes hand-in-hand. I couldn’t be happier in my profession. I am surrounded by great people, amazing wine and delicious food. I have time to relax and travel. I learn something new every day. This is what you get when you find your way!


Meilleur Sommelier d’Estonie 2018 : Ketri Leis

Ketri a tout juste 28 ans et elle est numéro 1 en Estonie depuis 2016. C’est son troisième titre de Meilleur Sommelier d’Estonie.

Elle avait commencé des études de marketing, mais en 2013 elle s’est orientée vers l’école de sommellerie  et a continué dans le métier. Même si elle est encore très jeune, cela fait maintenant 11 ans qu’elle travaille dans l’hôtellerie et la restauration.  Elle a occupé pratiquement tous les postes dans la restauration et les bars à vins, ce qui l’a conduite à devenir le sommelier- directeur de Pazzo à Tallinn.

Nous lui avons posé quelques questions :

Q1 : Vous avez remporté le concours en 2018. Vous y attendiez-vous ? Quel est votre sentiment ?

Ketri : Avec les compétitions je pense qu’il ne faut jamais s’attendre à un résultat spécifique. Vous pouvez faire tout le boulot possible avant – étudier la théorie, vous entraîner pour le service, déguster, – travailler aussi dur que vous le pouvez, le jour arrive et vous avez l’impression que vous en savez moins qu’auparavant, que vous n’avez pas réussi à lire tout ce qu’il fallait lire, et vous devenez nerveuse dès le matin.  Quand vous vous préparez, vous vérifiez que vous n’oubliez pas votre matériel, que vous avez tout ce qu’il faut dans vos poches, et vous vous calmez.  Jutse avant la finale, vous redevenez nerveuse. Vous savez que vous êtes arrivée en finale, alors il va falloir être la meilleure possible.  Pour moi, participant pour la 4ème fois à ce concours d’Estonie,  c’était la première finale pour laquelle j’étais satisfaite de moi-même.  J’ai réussi à me contrôler et ne pas me déconcentrer avec des réponses fausses ou des épreuves difficiles. Je suis plus qu’heureuse d’avoir remporté la compétition et de pouvoir ainsi poursuivre jusqu’au Mondial, faire la connaissance de sommeliers du monde entier et parfaire mes connaissances, vivre des expériences nouvelles.

Q2 : En quoi pensez-vous que ce titre de Meilleur Sommelier d’Estonie peut changer votre vie ?

Ketri: La scène estonienne pour les concours de sommeliers s’est renouvelée ces derniers temps.  Nos grands sommeliers des dix dernières années ont renoncé à la compétition. De plus en plus de jeunes se présentent aux concours ce qui suscite un intérêt nouveau et une participation d’un niveau plus important ces derniers temps. Maintenant, j’ai gagné trois fois d’affilée, ce qui a définitivement change ma vie professionnelle.  Mes connaissances se sont améliorées, j’ai plus confiance en moi.  J’ai plus d’opportunités qui me sont offertes. Nous travaillons à l’heure actuelle sur un projet avec un des plus grands sommeliers d’Estonie, Kristjan Peäske, un bar à vins appelé Pazzo. Basé sur des producteurs “boutique”, des vins de terroir, avec des plats à partager, style tapas, sans prétention mais très savoureux pour les accompagner. Pour moi, c’est une grande opportunité et pour les gens, ce sera un peu dingue, surprenant. Nous nous réjouissons déjà de l’ouverture début juin.

Q3 : Que dire de la profession de sommelier en Estonie?  

Ketri : C’est en plein boom en Estonie. De plus en plus de restaurateurs s’intéressent à la formation de leur personnel, de leurs sommeliers.  Mais je dirais qu’on a encore du chemin à parcourir avant d’avoir des sommeliers professionnels dans chaque bon restaurant

Q4 : Vous avez de belles connaissances pour les accords mets et vins. Que pensez-vous pouvoir faire pour promouvoir vos boissons nationales et votre gastronomie ?

Ketri : J’ai longtemps travaillé au restaurant Leib. C’est un restaurant simple basé sur des produits locaux.  Donc notre sélection de boissons (à part les vins, bien sûr) a toujours été très patriotique ! Nous avons une profusion de brasseries artisanales, de cidres fermiers. Egalement de nouvelles distilleries.  Même des artisans de London Dry Gin de Liviko ont remporté des prix dans leur catégorie. Nous-mêmes, nous élaborons des liqueurs maison depuis le début. Donc le paysage évolue. Pour moi, travaillant à Tallinn, je veux continuer à proposer des boissons locales.

En conclusion – on vit dans les pays nordiques – nous avons une sélection fantastique de fruits et de baies de saison. . Ne manquez pas de goûter  un vin de fruit, une liqueur de baies ou une bière artisanale en arrivant en Estonie !!

Q5 : Que dire des femmes dans le monde du vin, dans la sommellerie en Estonie ?

Ketri : Honnêtement, je ne vois pas de différence  entre un homme et une femme sommelier. Tout depend de vos connaissances, et plus encore de votre passion. Pendant cette dernière décade, la notion de genre a heureusement reculé et on a de plus en plus de femmes dans ce monde “masculin”. Je suis la première femme championne d’Estonie et c’est une bonne reconnaissance, mais ce n’est pas ce qu’il y a de plus important. Je travaille et je m’entraîne avec des filles fantastiques – Els-Maria Uibo, Marika Tikas. Dans notre équipe, nous avons beaucoup de nouveaux sommeliers qui étudient à l’ Estonian Sommelier School. Il se trouve que ce sont des filles – Helen Aasmann (The best Best Beer Sommelier of Estonia 2017), Eliise-Hanna Hermann, Sirli Lees, Katerina Jõgis, Merylin Tihomirova. Que de nouveaux talents à encourager ! J

Etant un sommelier bien entraîné m’a apporté une vision plus large. Des relations formidables à travers le monde, des voyages,  communiquer, apprendre… Tout arrive naturellement. Je ne pourrais pas être plus heureuse dans mon métier. Je suis entourée de gens épatants, avec des vins extraordinaires et une cuisine délicieuse. J’ai du temps pour me détendre et pour voyager. J’apprends chaque jour quelque chose. C’est ce qui vous arrive quand vous avez trouvé votre voie !

Best sommelier of Hungary 2018 is Mate Horvat

Version française ci-dessous

Mate has been in the gastronomy business for 12 years. He was working mainly in Budapest but spent some valuable time abroad as well.  He told us, his first real sommelier job was in MAK Bistro, where he has been working for the past four years.

The secret of his success is his wife, who is one of the best sommeliers in Hungary and gives him a lot of support. He won the Hungarian Best Sommelier competition in 2018 and will represent Hungary at the ASI World’s Best Sommelier contest in Belgium in 2019.

We asked him a few questions about the competition, sommeliers in Hungary, and his vision for the worldwide promotion of Hungarian food and wine.

Q1. You won the Hungarian contest in 2018, did you expect it and how do you feel about it?

Mate: I won the Hungarian Sommelier of the year award twice in a row.

Actually, the first time no one expected me to become the winner, and that includes myself. This year, the competition was a lot more difficult. On one hand there were many more competitors, and on the other I had high expectations for myself. This award was significantly more important to me than the previous one.

Q2. How do you think the title of Best Sommelier of Hungary will change your life?

Mate: I will just go ahead and act the same as I did before achieving this great award. Nevertheless, I must admit the title has brought some challenges as well, as a higher degree of responsibility in everything I do.

Q3. How is the profession of sommeliers in Hungary? What can be improved?

Mate: In Hungary, the education system is far from optimal in this field. However there are certain signs of improvement on the horizon. I believe that in our profession there is no other way then to proceed along the path of endless learning.

Q4. You have a great knowledge about food and wine. What do you think you can do to promote your national beverages and gastronomy?

Mate: In MÁK restaurant where I work as the Head-Sommelier we predominantly focus on Hungarian wines. While we have a well-balanced domestic and international wine list, we are enormously proud of our Hungarian selection. I must say the Hungarian wines are quite unique and therefore it is my firm opinion that wine lovers from all walks of life might just find their preferences. When pairing wines to the tasting menus of MÁK we provide only Hungarian beverages, which can be matched so lightly and elegantly, with our dishes that have a gentle Scandinavian influence.


Meilleur sommelier de Hongrie 2018 :  Maté Horvat

Cela fait 12 ans que Mate est dans la gastronomie. Surtout à Budapest, mais avec pas mal de temps aussi à l’étranger. Il avoue que son premier vrai job de sommelier, il l’a trouvé au MAK Bistro,  où il travaille depuis quatre ans.

Son succès, il le doit à sa femme qui est l’un des meilleurs sommeliers de Hongrie et le soutient énormément. Il a donc remporté le concours 2018 et représentera la Hongrie au Concours du Meilleur Sommelier du Monde 2019 en Belgique.

Nous lui avons posé quelques questions.

Q1 : Vous attendiez-vous à remporter le concours de Hongrie ? Que ressentez-vous ?

Maté : J’ai remporté le concours national deux fois de suite. A dire vrai, la première fois, personne ne s’attendait à me voir gagner, moi non plus.  Cette année, la competition était beaucoup plus difficile. D’un côté, il y avait beaucoup plus de concurrents et d’un autre côté, j’avais mis la barre très haut ! Cette victoire représente beaucoup plus que mon premier titre.

Q2 : De quelle manière pensez-vous que ce titre de Meilleur Sommelier de Hongrie va changer votre vie ?

Maté : Je vais simplement poursuivre mon chemin et me comporter comme je l’ai fait avant de décrocher ce beau titre. Néanmoins, je dois reconnaître que le titre m’a confronté à de nouveaux défis et a renforcé mon sentiment  de responsabilité.

Q3 : Que dire de la professionde  sommelier en Hongrie ?

Mate:  En Hongrie, le système d’éducation dans ce domaine est loin d’être parfait.  Mais l’horizon s’éclaircit, des progrés significatifs sont faits. Je pense que dans notre profession il n’y a pas d’autre manière de progresser qu’en étudiant sans fin.

Q4 : Vous connaissez bien les accords mets et vins. Que pensez-vous pouvoir faire pour promouvoir vos boissons nationales et votre gastronomie ?  

Maté : Au MÁK , le restaurant où je travaille comme chef sommelier, nous privilégions tout particulièrement les vins hongrois. Même si nous avons une carte des vins internationale très équilibrée, nous sommes très fiers de notre selection hongroise. Je dois dire que les vins de Hongrie sont vraiment uniques et je pense que les amateurs de vins, quels qu’ils soient peuvent y trouver ce qui leur plait. En mariant les vins hongrois avec nos menus dégustation à MÁK, nous offrons ainsi des accords très légers et élégants avec nos plats teintés d’une touche scandinave.

The Albanian Sommelier Association has elected its President

Version française ci-dessous

Dashamir has been in the wine business since 1995.  He became a sommelier in Italy in 1997. He competed once in 1999 in the Marche region in Italy, where he reached the semifinals. He began to produce wine and raki in Albania in 1988, helping his uncle in this field of production.

Dashamir was a founder of the Albanian Sommelier Association in 2005. This is the third time he wins the election for president, which makes him the head of the association for the last 13 years. Since the association was founded, there has been great promotion of the profession and now sommeliers are in high demand, in a greater variety of restaurants than only fine dining, as well as in distribution and retail.

An interesting detail in Dashamir’s career: he received a medal from the Pope.  His Holiness was so delighted with the quality of selected wines and the activities of the Albanian association that he gave a medal to Dashamir.

We asked him a few questions about his vision of the profession of the sommeliers in Albania.

Q1: This is your third mandate as president of the Albanian sommelier association. What is your vision/plans for the future?

Dashamir: My vision towards the continuing development of the Albanian Sommellerie during this mandate is clear and contains the following aspects:

  • Active institutional cooperation with the University of Agriculture, while recruiting the students and forming their development as sommeliers (in addition to their formation as agronomists or oenologists)
  • Closer relationships with the professional schools of Tourism and Agriculture in order to prepare the new sommeliers.
  • Preparation of an all-inclusive theory and didactic Sommelier manual.
  • Better collaboration with the government in regards to Agriculture and Tourism and supporting the wines and typical Albanian products.
  • Cooperation with importers while offering master classes and more frequent training sessions at various levels.

Q2:  How do you see the development/promotion of the sommelier profession in Albania and world? 

Dashamir: The promotion of the professional Sommelier in Albania is a necessity and in high demand in this time and market.

We wish to have a good collaboration with our fellow members of ASI and to be careful of what the sommelier profession must be. This will bring further growth to the culture of food and beverage and the knowledge of enogastronomy at a professional level. With the support of ASI, it will receive broader expansion and higher impact to elevate the profession of sommelier.


L’Association des Sommeliers d’Albanie a ré-élu son Président

L’ancien et le nouveau : Dashamir Elezi

Dashamir est dans le monde du vin depuis 1995.  Il est devenu sommelier en Italie en 1997. Il a même participé en 1999 au concours dans les Marches où il a atteint les demi-finales. Il avait commencé à élaborer du vin et du raki en Albanie en 1988, où il aidait son oncle dans son domaine.

Dashamir a aussi fondé l’association albanaise des sommeliers en 2005 et c’est la troisième fois qu’il est élu président. Il est donc à la tête de son association depuis treize ans.  Depuis la création de cette association, on a remarqué une forte promotion de la profession et maintenant on constate une forte demande de sommeliers non seulement pour les restaurants gastronomiques, mais aussi pour des établissements plus modestes, également dans la distribution et dans les caves.

Un détail à remarquer dans la carrière de Dashamir, c’est la médaille qu’il a reçue  des mains du pape. Sa Sainteté a tellement apprécié la sélection des vins albanais et reconnu les activités de l’association des sommeliers qu’il a récompensé Dashamir d’une médaille.

Nous lui avons posé quelques questions.

Q1 : C’est votre troisième mandat de président, quels sont vos projets pour l’association albanaise des sommeliers ?  

Dashamir : Ma vision concernant le développement de l’association est claire et porte sur les points suivants :

  • Coopération institutionnelle active avec l’Université d’Agriculture, en recrutant des étudiants et en les dirigeant vers une formation de sommelier, en plus de leurs études d’oenologues ou agronomes.
  • Renforcer les relations avec les écoles professionnelles du tourisme et de l’agriculture pour préparer de nouveaux sommeliers.
  • Préparation d’un manuel théorique et didactique complet pour les sommeliers.
  • Améliorer la collaboration avec le gouvernement en ce qui concerne l’agriculture et le tourisme pour un soutien des vins et de produits typiquement albanais.
  • Coopération avec les importateurs à travers des master classes et de fréquentes sessions de formation plus nombreuses dans divers domaines.

Q2 :  Comment voyez-vous le développement, la promotion de la profession de sommelier en Albanie et dans le monde ?

Dashamir : La promotion des sommeliers professionnels en Albanie est une nécessité  et doit répondre à une forte demande du marché à l’heure actuelle.

Nous souhaitons collaborer de plus en plus avec les membres de l’ASI et être très conscients du statut et de l’éthique de la profession.

Cela  améliorera la culture de la gastronomie et des boissons, la connaissance de l’oenogastronomie au niveau professionnel et avec le soutien de l’ASI, l’expansion sera plus large et la profession de sommelier aura un impact beaucoup plus fort au niveau international.

Pier-Alexis Soulière is the Best Sommelier of the Americas

Mr. Pier-Alexis Souliere from Canada was crowned today the Best Sommelier of the Americas, after winning a dramatic final over Mr. Martin Bruno from Argentina, who came second, and Mr. Carl Villeneuve Lepage, also from Canada, who ended third. As best sommelier of the Americas, Mr. Pier-Alexis Soulière, has automatically qualified for the ASI Best Sommelier of the World, Belgium 2019.

The final was observed by dozens of people in the Marie Gérin Lajoie Theater of Montreal and followed by thousands of sommeliers and aficionados around the world via live-streaming.

The event was organized by the Association de la Sommellerie Internationale (ASI), the Alianza Panamericana de Sommeliers (APAS) and the Canadian Association of Professional Sommeliers (CAPS).

The ASI & APAS Contest of the Best Sommelier of the Americas, Canada 2018, started on Tuesday with twenty competitors from ten countries of the Americas. The complete list of sommeliers are Mr. Martin Bruno and Ms. Valeria Gamper from Argentina; Mr. Diego Arrebola and Mr. Paulo Limarque from Brazil; Mr. Carl Villeneuve Lepage and Mr. Pier-Alexis Soulière from Canada; Mr. Gonzalo Troncoso and Ms. Misato Inaoka from Chile; Mr. Andres Villegas Green and Mr. Juan David Quintero from Colombia; Mr. Dario Rosario Mejía and Mr. Federico Díaz Macias from The Dominican Republic; Mr. Luis Antonio Morones López and Mr. Steve Ayón Espitia from Mexico; Mr. Simon Zalimben and Mr. Christian Mezger from Paraguay; Mr. Gerardo Joseph Ruiz Acosta and Mr. Diego Vásquez Luque from Peru; and Mr. Federico De Moura and Mr. Pablo Rodriguez from Uruguay.

If you missed the live-streaming, you can watch the video directly here:

ASI presents new logo and monthly newsletter

by Andrés Rosberg

version française ci-dessous

Welcome to our first issue of #ASInews!

Please allow me to introduce our inaugural newsletter, which will be sent to you in the beginning of each month with the news of ASI, its national member associations, and, of course, its partners. We encourage you to resend it to the members of your association, and to share your news with us so we can tell the world about it!

ASI is now gearing up for its first continental competition of the year: the ASI & APAS Best Sommelier of the Americas contest, which will be held at the end of May in the fantastic city of Montreal, Canada, and will gather together the best two somms from eleven Pan American countries. This major event is a tremendous opportunity to increase the exposure of our global association and to improve the overall level of sommellerie throughout the Americas, and we will report about it in next month’s issue of #ASInews.

Also, after ten months of hard work of the new Board and Committees of ASI, we’re starting to reap what we have sown. There is more and more good news coming our way.  Today we are honoured to unveil ASI’s new logo to the world, approved by the vast majority of our members, and praised by our partners!  There is something intrinsically universal in the shape of a circle that perfectly symbolizes the very nature of ASI. From a practical standpoint, the circle is also an incredibly versatile form that ideally suits our needs!

Building on a rich history, ASI is evolving to meet the needs of both current and future generations.  The new logo and newsletter are just two examples of how ASI envisions its future by creating opportunities for increased member and industry engagement, building international commitment to the profession, and expanding outreach to the sommellerie community.  In other words, making our association stronger and more global than ever.

Enjoy reading and we look forward to having you with us on the journey!


par Andrés Rosberg

L’ASI présente son nouveau logo institutionnel et sa Newsletter mensuelle

Bienvenue à notre première édition #ASInews !

Permettez-moi de vous présenter notre nouveau bulletin d’information qui vous sera adressé au début de chaque mois avec des nouvelles de l’ASI, de ses associations nationales et, bien sûr, de ses partenaires. Nous vous encourageons à la faire parvenir aux membres de votre association et à partager vos nouvelles avec nous pour que nous les répercutions dans le monde entier !

L’ASI est maintenant à la veille de son premier concours continental de l’année : le Concours ASI & APAS du Meilleur Sommelier des Amériques qui va se dérouler fin mai dans la ville fantastique de Montréal au Canada et réunira les deux meilleurs sommeliers de 11 pays panaméricains. Cet évènement majeur représente une formidable occasion de mettre en avant notre association et de faire monter le niveau général de la sommellerie dans les Amériques. Nous nous en ferons l’écho in extenso dans notre prochaine édition de #ASInews.

Par ailleurs, après dix mois de travail acharné au sein du Bureau et des Commissions de l’ASI, nous commençons à récolter ce que nous avons semé. De plus en plus de bonnes nouvelles s’annoncent. Aujourd’hui, nous avons l’honneur de dévoiler au monde le nouveau logo de l’ASI, approuvé par une énorme majorité de nos membres et apprécié par nos partenaires. Le cercle est intrinséquement universel et symbolise parfaitement la nature même de l’ASI. Et d’un point de vue pratique, le cercle peut s’adapter de manière incroyable, ce qui répond idéalement à nos besoins.

En se basant sur un passé riche, l’ASI évolue pour répondre aux besoins à la fois de la génération actuelle et des générations à venir. Le nouveau logo et la newsletter sont juste deux exemples de la façon dont l’ASI envisage son avenir, en créant des opportunités dans le but d’augmenter le nombre de ses membres et l’engagement du secteur, en suscitant un soutien accru à notre profession, en multipliant les ouvertures pour la communauté des sommeliers. Autrement dit, rendre notre association encore plus forte et plus universelle que jamais.

Bonne lecture ! Nous  nous réjouissons de vous embarquer dans ce voyage…

New image of ASI

Version française ci-dessous

As promised before the elections in Bordeaux, and after a few months of hard work by both the ASI P.R., Communications and Marketing Committee and the ASI Board, we are finally pleased to present the final ASI logo, approved by its members.  Voting for a new logo was done by email.  48 out of 56 ASI members responded, resulting in 96% of voters expressing a firm and honest ‘Yes’ and validation of the new design.

The new ASI logo will be officially presented during next GA in Georgia, and we wanted to use it in the upcoming APAS contest in Montreal during May 2018.

We wanted ASI’s image to be characterized by an elegant, sober, prestigious, smart style and, to be timeless with a classic look. ASI’s identity had to be an ‘umbrella’ for many other brands (national associations, etc.), it had to encompass them. It was therefore decided to avoid the looks of a commercial brand, and to look, instead, for a ‘seal of quality’.

With inspiration from Caravaggio’s Bacchus crown, made with vine leaves, this new identity for ASI also has the shape of a circle, which is a shape that has been relevant since the beginning of time. Whether it was in religion’s use of the compass as a symbol of creation, in Leonardo’s divine proportions, in Plato’s perfect form, in Japan’s tradition of ensō hand-drawn circles symbolizing enlightenment and elegance, in astronomy and nature, and even in food and wine, the circle is omnipresent. There is something intrinsically “divine” and universal to be found in a circle that perfectly symbolizes the very nature of ASI.

The new logo and its shape are also perfect for application in medals, plates, pins, and even social media profile pictures – so it perfectly suits our needs!

 

 


La nouvelle image de l’ASI

Comme promis avant les élections de Bordeaux et après des mois de dur travail de la Commisssion RP, Communication & Marketing et du Bureau de l’ASI, nous sommes enfin heureux de vous présenter la version finale du logo de l’ASI approuvée par les membres de l’ASI. Le vote pour ce nouveau logo s’est fait par courriel. 46 associations sur 56 se sont exprimées. Et un OUI franc et massif, à 96% des votants, a validé ce nouveau logo.

Le logo de l’ASI sera officiellement présenté pendant l’AG en Géorgie  mais nous souhaitions l’utiliser dès  ce mois de mai à Montréal pour le concours des Amériques.

Nous voulions que l’image de l’ASI soit à la fois élégante, sobre, prestigieuse, stylée, intemporelle, donc plutôt classique.

La signature de l’ASI doit également être une référence, représenter un lien de parenté avec d’autres entités comme les associations nationales… Une homologation en quelque sorte. Voilà pourquoi nous avons décidé d’éviter tout trait commercial et rechercher en revanche un “sceau de qualité”.

C’est de la couronne du Bacchus du Caravage, faite de feuilles de vigne, qu’est venue l’inspiration. Cette nouvelle identité de l’ASI devait aussi s’inscrire dans un cercle, une forme qui se retrouve à travers les siècles. Que ce soit le symbole religieux de la création, dans les proportions divines de Léonard de Vinci, dans la forme parfaite de Platon, dans la tradition japonaise du ensō –des cercles symbolisant les lumières et l’élégance, dans l’astronomie et la nature, jusque dans le vin et la nourriture, le cercle est omniprésent. Il y a quelque chose d’intrinséquement “divin” et universel dans le cercle qui symbolise parfaitement la nature même de l’ASI.

Est-il utile d’ajouter que ce nouveau logo et sa forme sont également parfaits pour être reproduits sur des médailles, plats, épinglettes, et même en photos de profil pour les media sociaux ? Ce qui signifie que cela correspond tout à fait à nos besoins !